Formation Thérapie Holistique

La voie de la nature guérit l organisme

La voie de la nature guérit l’organisme

La loi de la vie implique la défense de l’organisme. Par conséquent, notre organisme tend toujours vers la normalité. Les soi-disant maladies sont des réactions ou des crises curatives. Celles qui, favorisées dans leur tendance purificatrice, maintiendront la vie normale de l’individu, c’est-à-dire sa santé intégrale.

Mais la nature ne guérit pas toujours, comme le montrent les décès de personnes à différents âges de la vie. La nature guérit, c’est-à-dire qu’elle restaure la santé, tant que nous plaçons le corps en équilibre thermique.

Le corps retrouve sa normalité fonctionnelle avec une température uniforme de 37 degrés tant à l’intérieur qu’à la surface. Parce que la santé, c’est une bonne digestion, qui nécessite cette température. Parce que la santé, c’est la normalité respiratoire qui n’est possible qu’avec 70 battements par minute chez l’adulte. Car la santé est un travail actif de la peau qui nécessite également une température de 37 degrés.

 

La santé et la maladie sont le résultat de nos propres actes quotidiens, commis ou non contre la Loi Naturelle

La maladie par un mode de vie anormal, ne peut être éliminé que par un mode de vie sain. Ainsi, le premier agent de santé est la volonté propre de l’individu.  Si le malade n’a pas la volonté décisive d’agir par lui-même pour rétablir sa santé, le meilleur traitement échouera.

De plus, la médecine pharmaceutique est allée si loin qu’il est courant de découvrir, en examinant l’iris des yeux, une maladie généralement non envisagée : l’intoxication médicamenteuse.

Ce mal dans lequel tombent insensiblement et inconsciemment de nombreuses personnes est si grave que nous avons souvent vu des iris bien bâtis dans un organisme plus ou moins paralysé dans son fonctionnement en raison de l’action déprimante de la vitalité organique qui caractérise toutes les toxines. Puisque la vie est une activité nerveuse, tout agent qui déprime et limite cette activité, comme le poison des médicaments, des antibiotiques et des médicaments, n’est pas un élément de la vie, mais de la mort.

LIRE AUSSI  Toucher thérapeutique : Les chamans amérindiens et leur sagesse

Les poisons des drogues et des médicaments trompent et trahissent les malades avec un bien-être passager. Ce leurre qui, tôt ou tard, se transforme en plus grand malheur… Limiter la vie elle-même.

Aucune maladie n’est aussi dangereuse et rebelle que l’intoxication médicamenteuse

La maladie artificielle produite par des substances toxiques, loin d’être la réaction défensive de la nature se traduit par un affaiblissement de sa force vitale.

Par exemple, en cas de mal de tête, la personne atteinte recourt à l’aspirine ou à un autre analgésique. En ingérant le “médicament”, il constate bientôt la disparition de sa douleur. Le mal de la tête a-t-il été « guéri » ? Non, car la cause n’a pas été supprimée. Elle est toujours interne et l’origine est dans l’utérus. Mais la douleur, qui était la réaction défensive de la nature, a disparu en raison de l’empoisonnement de la cellule nerveuse, dont l’activité, manifestée dans la douleur, a été paralysée par l’action dépressive du toxique injecté ou ingéré.

Dans ce cas, les nerfs sensoriels ont perdu leurs fonctions. Comme cela arrive à un ivrogne incapable de marcher, de voir, de parler et de se sentir normalement en raison d’une intoxication alcoolique.

A mesure que l’on recourt à la drogue, l’organisme devient moins sensible à l’excitation du poison

Et il sera nécessaire à chaque fois d’augmenter la dose. Et, insensiblement, il tombe dans une intoxication médicamenteuse qui ruine la vitalité de l’organisme. Si la maladie aiguë représente une défense active de la nature et la maladie chronique signifie l’impuissance défensive due à l’affaiblissement de la force vitale, il est entendu que les médicaments anéantissent l’énergie organique. Ils suppriment les symptômes actifs qui caractérisent les états aigus de la maladie. Sans éliminer la cause de la maladie, au contraire, elle s’approfondit dans l’organisme, se transformant en chronique incurable.

LIRE AUSSI  L'iris dans tous ses états : La santé et ses manifestations

Si l’on considère la blennorragie comme une maladie, on verra que les médecins tentent de l’étouffer en paralysant les défenses organiques en milieu médicamenteux. Les pertes urétrales ou vaginales sont supprimées, le médecin et le patient se réjouissent du triomphe de la science.

Mais lorsque l’œuvre défensive de la nature est étouffée, en faisant disparaître l’expulsion des matériaux corrompus par des suppurations. Ces substances développent leur travail corrosif, enivrant et destructeur à l’intérieur de l’organisme. Cela produisant une dépression générale de l’énergie vitale et générant des troubles variables dans tous les organes.

Après un temps plus ou moins long, selon la vitalité de l’organisme, vient le moment où il épuise ses résistances organiques, provoquant une mort prématurée et violente, presque toujours due à un accident vasculaire cérébral, une crise angineuse ou une maladie rénale.

Mais notre jeune patient n’est pas mort de gonorrhée et voici le triomphe du médecin. Quelle accusation peut-on lui faire si l’ancien client gonorrhéique décède quelques années plus tard de son cœur ou de son cerveau…?

Ignorant, tu te contentes d’enlever de ta vue le mal. Effet du travail que tu fais chaque jour avec une vie d’erreurs et de vices. Recourant au médecin pour qu’avec les médicaments stimulants ou calmants, il permette à nouveau à ton corps de continuer une existence en conflit constant avec la loi naturelle.

 

La nature ne se trompe pas avec des ressources artificielles

Elle n’est vaincue qu’en se soumettant à ses lois immuables. Il ne faut pas beaucoup d’insistance pour que le lecteur se rende compte que si un organe ou un membre de notre corps est enlevé ou mutilé, c’est parce qu’il n’a pas été connu pour guérir.

LIRE AUSSI  Système immunitaire : ce que vous pouvez faire pour le renforcer

Cependant, compte tenu du milieu dans lequel se développe l’action du médecin-chirurgien, nous justifions les gestes opératoires. Les personnes qui ne veulent pas cultiver la santé contrairement aux goûts et aux plaisirs. Ils doivent se débarrasser de leurs maux de quelque manière que ce soit. Notre critique va contre le système et non contre les médecins. Ils font ce que le public commerce et ce public obtient ce qu’il mérite.

 

Il faut être convaincu que la santé est le trésor le plus précieux que l’on puisse posséder

Seul l’intéressé peut l’acquérir et le conserver menant une vie consciente soumise à la loi naturelle. Une fois la maladie survenue, il n’y a qu’un seul recours pour recouvrer la santé : défaire le chemin perdu et revenir à la vie judicieuse et ordonnée de la Loi Naturelle.

Le fanatisme médical dominant et le culte des médicaments de toutes sortes ainsi que la chirurgie doivent disparaître. Il est nécessaire d’ouvrir les yeux de l’être humain à la lumière de la logique et de la raison. Ces valeurs qui nous disent que la santé ne peut être le résultat d’agents mortels externes.

La médecine allopathique s’acharne à persécuter le microbe qu’elle considère comme la cause des maladies et, en le détruisant, ruine et tue l’organisme où il réside. Au lieu de cela, la médecine naturelle, qui voit le microbe comme effet de la maladie qui est constituée par l’accumulation de saleté dans le corps, procède au nettoyage de l’organisme, enlevant au microbe le terrain favorable à son développement, avec lequel la maladie et son effet disparaissent.
N’oublions pas que le meilleur “remède” est une bonne digestion, qui nécessite l’équilibre thermique du corps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *